Nos vins sont nés de l’entrelacement de deux passions. Celle de la famille Bonotto pour sa terre et ses vignobles, qui poussent au sein des magiques Prosecco Hills qui sont récemment devenues un site du patrimoine de l’UNESCO pour leur incroyable beauté, et celle pour l’authenticité d’un produit qui n’a pas d’égal dans le monde.

Image thumbnail

Enterprise

NOTRE PREMIER VIGNOBLE AVEC LA MÉTHODE BELLUSSERA

Je m’appelle Loris Bonotto, je suis propriétaire de Le Contesse et vous raconter mon entreprise est ce qui me plaît le plus car c’est l’histoire de ma vie.

En 1976, nous avons créé exploitation agricole, moi et ma femme. Le terrain appartenait aux comtesses Tiepolo de Venise, le nom « Le Contesse » est nous donc venu naturellement pour notre entreprise. Sur cette terre, nous avons planté le premier vignoble de Prosecco avec la méthode Bellussera et il est toujours conservé avec le plus grand soin car il représente notre histoire et transmet notre mémoire. Venez nous rendre visite pour vous promener sous les vignes.

Enfant, je démontais et remontais chaque chose, et si je n’avais pas été caviste, je serais sûrement devenu mécanicien. Cette curiosité pour les machines, pour les moteurs et pour la technologie a été une valeur ajoutée à ma passion pour le vin, car c’est en l’appliquant à la tradition que nous avons obtenu le succès de nos vins mousseux.

MA PASSION, L'ŒNOLOGIE

J’ai d’abord étudié au collège Brandolini Rota à Oderzo, puis j’ai obtenu mon diplôme d’œnologue à Conegliano, dans l’école d’œnologie la plus célèbre et la plus historique d’Italie. Mon père avait une petite cave avec des cuves en ciment et vendait en gros du vin banc et rouge, les vignobles étaient Carmenere, Pino Blanc et Chardonnay. J’ai commencé à faire du Pinot Blanc et du Pinot chardonnay selon la méthode champenoise, mais j’ai aussi essayé le Chardonnay mousseux selon la méthode Charmat. Le vin mousseux était très rare, mais j’ai tout de suite compris que les gens l’aimaient et le recherchaient ! À l’époque, le Prosecco se trouvait uniquement et exclusivement à Conegliano.

J’aimais expérimenter, j’aimais travailler avec l’acier, j’aimais la propreté, l’hygiène et le fait que le vin pouvait certainement être meilleur dans cet environnement où il gardait ses parfums et son goût naturel. Entre-temps, mes amis et moi sommes allés nous promener dans les collines pour découvrir et connaître ce nouveau vin, le Prosecco, qui allait devenir l’apéritif le plus célèbre de ces dernières années.

Au cours de ces années, mon premier enfant est né : David, un tourbillon d’énergie pure.

J’acquis alors un camion pour les transports et une petite chaîne d’embouteillage, et je parcourus toute l’Italie avec les dame-jeannes et les bouteilles. C’était fatiguant mais Luigina et moi n’avons jamais perdu courage ; nous avons chargé le camion, puis nous sommes partis, car il n’y avait pas de temps à perdre : il y avait à la maison une famille qui nous attendait et du travail à faire.

D’un petit autoclave, ils sont devenus deux puis trois, pour arriver, lors de la naissance de mon deuxième fils Fabio, à avoir un bâtiment destiné seulement aux cuves, qui étaient déjà réfrigérées à l’époque. Nous décidâmes alors d’embaucher un employé, nous achetâmes un autre camion et, dans les années 90, nous avions déjà atteint 800 000 bouteilles.

DE L'ITALIE VERS L'ÉTRANGER ET LE PASSAGE À L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Dès que l’entreprise fût installée, je décidai de partir et d’emmener le produit à l’étranger. Je pris des cours d’anglais le soir après le travail que je réécoutais le week-end dans mon walkman, mais l’étranger a été une véritable révélation.

Une chose n’a jamais manqué : la passion et la ténacité qui nous ont permis de poursuivre notre ambition de faire d’excellents vins mousseux italiens à partir de nos raisins pour les exporter dans le monde entier. Et même ce but a été atteint, nos vins se retrouvent sur les tables des plus grands restaurants du monde, de la Chine à la Russie, du Brésil aux États-Unis, de l’Australie au Japon, sans oublier toute l’Europe.

Nous sommes devenus l’une des caves les plus importante du territoire : nous possédons plus de 200 hectares de terres, dont 70 sont déjà certifiés Biologiques. Le biologique est la route que nous voulons emprunter, pour nous, pour vous, pour nos enfants et pour notre planète. L’agriculture biologique signifie en effet des contrôles précis, parce que les entreprises qui produisent des Prosecco biologiques sont très contrôlées ; elle est synonyme de passion, parce qu’en raison des réglementations strictes, des contrôles et de nombreux autres facteurs, la production biologique est fatigante et ceux qui la pratiquent aiment la nature et la respectent ; elle est synonyme de santé, parce que les produits biologiques sont naturels et suivent les saison, offrant ainsi un mode de vie plus sain en accord avec notre environnement ; mais surtout elle est synonyme de qualité, qualité du produit et de la vie, parce que cultiver des produits biologiques signifie sauvegarder notre avenir et celui de nos enfants. Notre vin respecte nos valeurs, telles que le respect, l’honneur, la sincérité et l’authenticité… toujours.